Vars, Izoard, Galibier, mais aussi Gap, Embrun, les gorges de la Méouge, la Sentinelle, le Briançonnais ou le lac de Serre-Ponçon.
La 106ème édition du Tour de France (du 6 au 28 juillet 2019) s’annonce intense et magique sur les routes et les cols mythiques des Hautes-Alpes. Deux étapes aux profils variés qui traverseront le département du Sud vers le Nord, des terres ensoleillées et parfumées des Baronnies Provençales à la fraîcheur des sommets alpins du Briançonnais. Un voyage aux sources de la légende !

Jamais dans l’histoire de la Grande Boucle, le peloton n’aura gravi en une seule journée, les trois grands cols des Hautes-Alpes par les versants Sud.

C’est pourtant l’étonnant challenge qui attend les rescapés du peloton le 25 juillet 2019, à l’occasion d’une 18ème étape du Tour de France qui empruntera successivement Vars, l’Izoard et le Galibier. Trois géants pour se hisser par trois fois, en une seule journée, au-delà des 2 000 mètres d’altitude. Une rareté. Une trilogie rêvée de 207 km avec le passage pour la 35ème fois au sommet de Vars (depuis 1922 et un certain Philippe Thys) et la 36ème pour l’Izoard, avant la remontée de la vallée de Serre Chevalier en direction du col du Lautaret. Et que dire du « sommet des guerriers », le col du Galibier que les coureurs arpenteront ensuite pour la 60ème fois avant d’amorcer la descente sur Valloire (Savoie). Un enchaînement sélectif susceptible de mettre à l’épreuve les organismes de chacun et ce, à trois jours de l’arrivée sur les Champs-Elysées.
Une étape pour mettre en scène des sites emblématiques du patrimoine comme Embrun, sa cité médiévale et son plan d’eau mais aussi le lac de Serre-Ponçon, les sites fortifiés de Mont-Dauphin et de Briançon (classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco).

Un département des Hautes-Alpes qui sera traversé de part en part, du Sud au Nord. Un menu typiquement haut-alpin qui débutera le 24 juillet par une première « mise en bouche » entre le Pont du Gard et Gap (206 km) avec une entrée par les Gorges de la Méouge avant une montée du val de Durance entre lavandes et vergers, l’ascension du col de la Sentinelle (dont le dernier passage remonte à 2006) avant un final dans la « Capitale Douce », Gap.

Département le plus « visité » depuis 1905, les Hautes-Alpes accueilleront le Tour de France pour la 82ème fois cette année. Un millésime qui célèbrera également les 100 ans de la création du maillot jaune à Grenoble en 1919 et les cinquante ans de la première des cinq victoires du «cannibale» Eddy Merckx avec le grand départ de Bruxelles. Le second depuis 1958.

Puis, les coureurs rejoindront les Vosges avant de traverser le massif central et d’enchainer les Pyrénées puis les Alpes.

Tout un département, les Hautes-Alpes, se mobilise pour que l’édition 2019 du Tour de France soit «Phénomen’Alpes» !

© P. Domeyne